chronique

L’idée de fonder un train de fanfare historique est sortie de la plume de Mathias Schieber, autrefois membre du comitéé d’organisation de la fête du chateau et président de l’association historique de Neubourg, ainsi que de notre 1er directeur musical, Jürgen Dorwarth, inspiré par son besoin de quelques joueurs de trompettes de cavalerie pour l’ouverture du bal de couronnement de carnaval des Burgfunken de Neubourg, dont en était le prince. Les instruments étaient alors disponibles, car il y avait eu à Neubourg un premier train de fanfare de 1961 à 1964. Jürgen Dorwarth y était vice-directeur de la musique.

Les premiers quatre tambours et les huits joueurs de fanfare historique se sont retrouvés dans un hangar industriel de l’entreprise Grundig le 8 février 1977. Suivit alors la première représentation lors de la fête de la rue des pécheurs. Nous faisons parti du programme de cette fête de quartier de la ville de Neubourg depuis le 19 mai 1977. Les costumes étaient alors composés de bérets, D’une tunique de pourpoint, chemise et collants et n’ont plus beaucoup de points communs avec notre actuel costume historique de lansquenet. Suivirent d’autres petites représentations lors de la même année, entre autre la deuxième fête du chateau de Neubourg.

La ville mit à notre disposition la tour de garde de la vieille ville comme local associatif. Cette tour, autrefois bastion de canon des défenses de la cité de Neubourg,plus tard transformée en curatorium puis en centre de jeunesse dans les années 70, a due être renovée par nos soins avant de pouvoir être utilisée pour nos répétitions. Les joueurs de cors de chasse y trouvèrent aussi refuge dans une salle.

Le groupe s’était alors étoffé de 25 membres. le premier jongleur de drapeaux, Michael Schäffner, se joint alors aux joueurs de fanfare et de tambours. Sondrapeau en coton de couleur marron-rouille, en service jusqu’en 1994, orne aujourd’hui les murs de notre nouveau local associatif de la galerie des ducs, reliant autrefois le chateau à l’église de la cour.<br /><br />
L’introduction de chaussettes de couleurs différentes modifia à nouveau l’aspect visuel du train de fanfare en 1982. Les chaussettes sont issues d’un phénomène de révolte de certains membres de l’association, plus précisement des garçons, refusant de porter plus longtemps.. des collants! Le président de l’association du tourisme de Neubourg, Fritz Seebauer, laissa pour cette raison réaliser des costumes de lansquenets issus de modèles historiques. Ces costumes étaient alors très proches du modèle actuel, créés par notre tailleur Wolfgang Hoffmann. Ils étaient également de couleurs différentes et composés de béret, tunique de pourpoint, chemise et d’une culotte courte. Notre apparence, en soi unique en toute l’allemagne, était née. La couleur des chaussettes différentie aujourd’hui les groupes: Noir pour les lanceurs et porteurs de drapeaux, jaune et noir pour les joueurs de fanfares, rouge et vert pour les joueurs de tambours.

N’ayant jamais fait partie d’une corporation, la créativité n’était pas seulement une vertu, mais une nécéssité. C’est pourquoi Werner Kreitmeier, chef des tambours, composa les oeuvres de tambours historiques en solo sur plusieurs voix „Drummers Call“ et „Crazy Sticks“. Jusqu’aujourd’hui nos directeurs musicaux se distinguent par la composition d’oeuvres réussies, conservant et enlargissant ainsi notre individualité et unicité dans le domaine musical.

Jürgen Dorwarth se retira de la direction du train en 1991, transmettant le sceptre à Friedhelm Lahn, la direction musicale étant confiée à Martin Uttich. Le train de fanfare avait alors atteint sa taille actuelle, soit environ 60 membres actifs. La même année, les lanceurs de drapeaux reçurent leurs quatre nouveaux drapeaux aux couleurs du nouveau palatinat de Neubourg et Heidelberg, issu de la mère de tous nos drapeaux, l’artiste Irene Schleer.

En 1994, après trois ans de travail intensif, les lanceurs de drapeaux, menés par Herbert Weidner, obtiennent la 3ème place au championnat allemand de lancer de drapeaux synchronisé. Depuis, les lanceurs de drapeaux ont amélioré et élargi la composition de leur programme lors de scéances régulières d’entrainement intensif et innovatif.

Martin Uttich se retira du train de fanfare en 1999. Thomas Kreitmeier et Rainer Bartsch prirent ensemble la direction musicale. Monika Kreitmeier fut élue présidente. Ensemble avec Markus Gusta, déjà premier secrétaire sous la direction de Jürgen Dorwarth ils dirigèrent habilement le train de fanfare jusqu’en 2007.

En fin 1999, nous obtenions nos locaux associatifs dans l’ancienne galerie des ducs, alors utilisés comme atelier de l’école des filles. Ici comme autrefois dans la tour de garde, nous eurent la chance de pouvoir restaurer à souhait les locaux mis à notre disposition par la municipalité, y compris chauffage et sanitaires. Un grand merci à nos artisans Rainer et Tom pour leur engagement bénévole.
Suivent ensuite de nombreuses représentations en Europe, entre autre l’exposition horticole nationale d’Allemagne à Munich, la foire exposition nationale de Suisse à Neufchâtel et Bienne, le marché historique de Etterbeek (Bruxelles) en Belgique.

2007 fut l’année de notre 30ème anniversaire, sous la direction musicale de Rainer Bartsch et de notre nouveau président, Michael Bachhofer. Deux cochons en broche ont fêté en octobre avec nous ce jubilé, inaugurant ainsi nos locaux associatifs, dans les coulisses historiques de la cour Amalienhof de Neubourg sur le Danube, en compagnie du maire de la ville, Dr. Bernhard Gmehling, ainsi que du président de l’association „les amis de la ville de Neubourg“, Friedhelm Lahn, ainsi que de nombreux amis et anciens membres du train de fanfare.

Le train de fanfare Ottheinrich a mené avec brio un grand nombre de représentations depuis sa création, représentant sa ville historique en Allemagne comme dans de nombreux autres pays d’Europe.<br /><br />Cette chronique ne représente qu’une fraction des évènements vécus en trente ans d’histoire associative. Elle a pour but d’offrir au lecteur un premier aperçu de l’histoire du train de fanfare et de montrer que le soin des traditions et l’amitié en milieu associatif sont encore d’actualité.